Tiré de "Nice, demain l'indépendance" d'Alain Roullier-Laurens
18 avril 2010

Sommaire

Textes tirés de "Nice, demain l'indépendance" de Alain Roullier-Laurens Tentatives de récupération de l'identité niçoise aujourd'hui Nice, Marseille et la Provence Le prétendu lien féodal Les tentatives d'assimilation par Mistral et le Félibrige Henri Sappia L'utilisation des morts Niçois Résistance des intellectuels... La lutte des intellectuels Niçois contre le clan des "Provençaux" au sein de l'Acadèmia Conclusion

18 avril 2010

Tentatives de récupération de l’identité niçoise aujourd’hui

En ce moment, profitant du fait que la véritable histoire de Nice n’est pas enseignée, et pire encore falsifiée par les modernes hussards noirs de la République à la solde du pouvoir jacobin,  divers groupuscules, revêtent des habits niçois afin de véhiculer des idées et idéologies tout à fait contraires à l’histoire et aux intérêts de Nice. Leurs ancêtres ont été les féroces ennemis de Nice, qu’ils ont agressé militairement, pillé et martyrisée à maintes reprises. Eux, aujourd’hui, poursuivent leur oeuvre, intellectuellement... [Lire la suite]
18 avril 2010

Nice, Marseille et la Provence

Une mise au point claire et nette est nécessaire en ce qui concerne Nice, Marseille et la Provence occitane ; le rappel des faits historiques l’est plus encore. Nous avons donc résumé ce que tout Niçois devrait savoir, afin de sortir indemne de la véritable forêt d'inepties et de falsifications qui fleurissent actuellement sur le terreau de la méconnaissance de l’histoire de Nice. Depuis mille ans, féodaux, souverains, chefs d’Etat et politiciens se sont penchés sur les origines de Nice ; cette feinte sollicitude pour notre... [Lire la suite]
18 avril 2010

Le prétendu lien féodal

Ceux qui font de Nice une cité provençale mettent en avant deux sortes d’arguments, l’un historique, l’autre linguistique. Ils n’hésitent pas à affirmer que la langue niçoise n’est qu’une altération du provençal se caractérisant par une évolution de la graphie et de la phonétique, qui ne ferait d’elle qu’un sous dialecte. En fait, le Niçois tout comme le Provençal et d’autres langues sont des dérivés du bas latin. Le nissart à ses particularités et s’il s’apparente par certains côtés au provençal, ce n’est point parce qu’il en... [Lire la suite]
18 avril 2010

Les tentatives d’assimilation par Mistral et le Félibrige

La « récupération » de Nice par la Provence, voulue par la France pour d’évidentes raisons politiques, a pris diverses formes ; la plus perverse fut le prétexte culturel. Sous couvert d’harmonisation l’on tenta en effet d’inféoder la culture et la langue niçoise au Félibrige provençal. Les subtilités dialectales étant affaire de spécialistes, je me bornerai à citer Eugène Ghis, qui dans l’Armanac de 1928 donne sur ce sujet un avis plus qu’éclairé : « Répéter ici que Mistral n’a pu faire entrer le langage nissart... [Lire la suite]
18 avril 2010

Henri Sappia

La résistance à la « provencialisation » de Nice, destinée à gommer définitivement sa spécificité, fut d’autant plus difficile que les érudits Niçois, seront contraints par la force des choses (c’est le cas de le dire…) de limiter leur action à l’aspect culturel. Néanmoins, deux personnages se détachent qui, plus audacieux que leurs collègues, portèrent l’estoc sur le terrain politique, mais toujours subtilement et en y mettant les formes. Le premier est un personnage exceptionnel, oublié durant les dernières décennies, mais remis à... [Lire la suite]

18 avril 2010

L'utilisation des morts Niçois

Nous en venons au couplet sur les morts niçois qui, lui, est véritablement odieux. Napoléon III, comme nous l’avons vu, s’était emparé de Nice pour la transformer en bouclier à ses frontières, et il ne fit qu’y construire des casernes comme ses successeurs ; les Niçois furent injustement sacrifiés à une cause qui n’était pas la leur : la récupération de l’Alsace et de la Lorraine et la pérennité de l’Empire colonial français. Plus de quatre mille d’entre eux ont été contraints au sacrifice suprême, n’ayant d’autres choix que la mort... [Lire la suite]
18 avril 2010

Résistance des intellectuels…

En dehors du professeur Henri Sappia, d’autres intellectuels niçois ont regimbé contre l’assimilation totale de l’entité niçoise par la France. Ce combat ne pouvant à l’époque être mené au grand jour, les récalcitrants usèrent de prétexte, dont le principal fut la défense de l’ancienne langue niçoise. Pierre Isnard, avocat et érudit, apparenté à Masséna et à Jean-Baptiste Vérany, mena durant des années à l’Académià une guerre de tranchée qui mérite d’être saluée. Récemment, a été dispersée aux enchères une célèbre et très riche... [Lire la suite]
18 avril 2010

la lutte des intellectuels niçois contre le clan des "Provençaux" au sein de l'Acadèmia

En 1929, la crise à propos de la « provencialisation » du Niçois atteint son apogée ; le 23 janvier Isnard écrivait au président de L’Acadèmia : « …Vous avez eu l’amabilité de me faire l’honneur de me demander de parler à notre société de l’œuvre du savant niçois J.-B. Vérany… Depuis, j’ai reçu de M. le secrétaire général de l’Acadèmia un avis m’informant que vous avez eu la bonté de fixer celle-ci au dimanche 27 janvier courant à 10 heures Il va sans dire que j’avais accepté cette date d’avance mais à la rédaction à peine polie du... [Lire la suite]
18 avril 2010

Conclusion

Une leçon est à tirer de tout cela, alors que nous vivons dans une époque gangrenée par la désinformation, l'à peu-près, les apparences et le mensonge : les Niçois doivent impérativement réapprendre leur histoire, qui fut volontairement occultée et falsifiée, afin d’éradiquer de leur ville ceux qui se déguisent en niçois pour mieux détruire l’identité niçoise. Pour conclure, les Niçois ne sont pas Provençaux ni Occitans : au moyen âge, ils ont toujours été en guerre avec la Provence,  ; durant l’époque révolutionnaire, la... [Lire la suite]